Une pandémie n’est pas un message divin.

Une pandémie n’est pas un message divin.

Le Divin est omniscient et omniprésent, donc son message est constant, mais nous ne l’entendons pas.

Une pandémie est le signe fort qui nous dit que La Loi ontologique et Divine de l’Amour est bafouée au-delà de la limite du supportable.

Une pandémie nous dit clairement que le monde vivant ne mourra pas à cause de nos comportements totalement irresponsables et inconscients, c’est-à-dire des comportements vides d’Amour.

Si vous mettez une goutte d’Amour dans une tempête alors la tempête deviendra symphonie, un spectacle divin lumineux qui transportera vos cœurs au sommet de l’humilité et de la Miséricorde.

Dire, supposer, interpréter, imaginer, ou discourir sur le message spirituel d’une pandémie, c’est supposer, imaginer, et discourir sur notre peur infantile car nous sommes à ce point-là identifiés à la condition éphémère de notre corps animal et à notre créature psychologique que nous en avons depuis trop longtemps oublié notre Origine et notre véritable nature spirituelle.

Une pandémie est le signe que le Cœur des hommes n’est plus dans la loi.

C’est la raison pour laquelle la guérison viendra de l’Amour et non de la peur ni de la culpabilité.

La peur et la culpabilité sont les causes premières de la maladie, les raisons profondes pour lesquelles les humains « meurent » leur vie.

La peur et la culpabilité sont les armes que fourbissent les créatures avides de pouvoir temporel et matériel car elles sont elles-mêmes dévorées par la peur et la culpabilité inconsciente de leur absence de conscience morale et du regard pitoyable qu’elles portent finalement sur elles-mêmes sans vraiment le savoir.

La peur et la culpabilité sont les deux poisons qui ont perverti et égaré nos Cœurs.

Ces poisons ont engendré une humanité avide, toute entière livrée à sa voracité, égoïste et individualiste, une humanité désespérée, qui se fuie elle-même dans des comportements démographiques suicidaires, une humanité honteuse d’elle-même, une humanité enragée qui développe des comportements de plus en plus morbides, qui consomme la vie comme une vulgaire denrée alimentaire, une humanité qui finit tout simplement par oublier d’Aimer, de s’Aimer…

Il ne servira à rien de changer quoi que ce soit à nos modes de vie ou de consommation si nous ne nous aimons pas, si nous n’érigeons pas dans nos Cœurs l’Axe d’Airain de la culture, de l’enseignement et du respect de La Loi De L’Amour.

JB. Falguière.

#Spiritualité #amour #cœur #coeur #conscience #peur #culpabilité #Divin #covid #pandémie

Scribe de Dieu – Extrait

Quatrième partie, chapitre 8:

« Ma prière vient du fin fond des univers.

Ma prière était avant toutes les formes.

Ma prière était à l’Origine et jamais ma prière n’a quitté l’instant présent.

Ma prière et l’Instant de toute éternité. Ma prière était avant qu’il n’y ai en avant.

Ma prière et le premier cri de l’Amour naissant qui n’en a jamais fini de commencer à naître.

Voilà pourquoi au cœur de ma prière je suis tout à la fois ce qui a été ce qui est est ce qui sera.»